Histoire familiale

Papa
Papa
Raviolis
Raviolis

Parti à 8 ans de sa campagne de Canton avec pour seul bagage une paire de chaussure neuve, mon père commencera à travailler comme groom dans un grand hôtel à Hong Kong.

Livreur de plats, puis commis de cuisine, il apprend la cuisine en regardant les chefs. Pas d’école à l’époque. Il a juste l’autorisation de regarder et de mémoriser tous les gestes, les ingrédients, la technique.  Le chef ne donne pas de conseil par peur de perde son poste et de se faire remplacer par un « petit jeune ».
Il part ensuite en France en 1965 sur les conseils de ses amis.

D'abord serveur, mon père continue à se former au gré de ses propres expériences et des plats, qu'il goûtera dans tel ou tel restaurant.

Pour moi la quête est celle des lieux qui l'auront d'abord décidé à ouvrir son restaurant puis les lieux qui auront inspiré la création de ses plats.
Ensuite recréer ses plats est un retour dans sa cuisine, dans laquelle j’ai passé de longues heures à l’observer et à mémoriser, inconsciemment comme lui l’avait fait auparavant.
Chaque geste recréé me rappelle ses gestes à lui, ses plats et les remarques de ses clients lorsque j’emmenais fièrement les plats qu’il avait cuisinés.
Il aime dire que ses clients préfèrent son canard laqué à celui de Pékin ou que son porc sucré n'a pas son équivalent dans toute la Chine...

Enfin, transmettre ses recettes et une hommage au travail d'une vie.

Travail en cours entre reportage, histoire familiale et livre de recettes.

Chapitre 1 - Retour aux sources

Un immeuble semblable à un autre dans les beaux quartiers du 16ème arrondissement…
Un immeuble imposant par sa taille qui occupe tout îlot autour d’une cour.
6 étages, deux entrées, 7 ascenseurs, des escaliers principaux, des escaliers de service…
L’ascension commence, nous retenons notre souffle, à la recherche de détails qui feront ressurgir les souvenirs du passé…
Notre destination ; retrouver les traces du restaurant qui occupait une aile entière au 6ème étage de cet immeuble.
Voyage là-haut, dans nos souvenirs, 50 ans après, là où mon père a trouvé son premier emploi en France, là où il rencontra ma mère et là où mon histoire commence.